Moi supérieur, moi inférieur

Moi supérieur, moi inférieur

Nous fonctionnons sur 3 plans : – le Moi,- le Moi inférieur,- le Moi supérieur.Prendre conscience du moi, du moi supérieur et du moi inférieur nous permettra de comprendre notre essence profonde. Chacune de nos décisions, chacun de nos actes, chacune de nos pensées, sont influencés par le moi supérieur ou le moi inférieur. Le Moi est ce que nous expérimentons tous les jours en conscience. Il est le point d’équilibre entre les deux variantes. Le Moi supérieur nous guide vers notre accomplissement personnel. C’est principalement ce qui nous donne accès à l’intuition, à l’empathie et à la foi. Il me semble évident qu’il est en rapport avec notre âme et le corps causal. Nous pouvons choisir de l’ignorer ou de l’écouter.Le Moi inférieur est tout ce qui nous entraîne vers le plan inférieur, tout ce qui inconsciemment engendre des sentiments négatifs. Il est guidé par la peur et par nos traumatismes anciens. Ces sentiments sont souvent rattachés à la matérialité (individualisme, matérialisme, égoïsme..).Le Moi est ce que nous sommes aujourd’hui et maintenant, dans l’instant présent. Il est en permanence influencé par le Moi supérieur et le Moi inférieur. Le Moi supérieur est guidé par l’amour tandis que le Moi inférieur est guidé par la peur. Le Moi doit en permanence s’équilibrer entre ces deux sentiments. Dans notre vie terrestre, notre Moi est plutôt restreint à aimer de manière conditionnelle alors que le Moi supérieur tend vers l’amour inconditionnel. Nous sommes en permanence influencés par ces deux tendances, à éprouver tour à tour de la peur ou de l’amour. Chacun de nos actes, chacune de nos pensées sont influencés par le Moi supérieur ou le Moi inférieur. Toutefois, j’ai le sentiment que c’est encore bien plus complexe que cela. Il n’y a peut-être pas que du négatif dans le moi inférieur. Je ne prétends pas détenir la vérité et la vie est bien trop complexe pour que l’on puisse avoir une réponse précise à toutes ces questions. Le plus important étant de savoir quelle réponse nous aide à avancer dans la vie de tous les jours.

Je vous propose de découvrir une légende amérindienne qui recèle une sagesse profonde qui illustre bien ce propos :Un vieux Cherokee voulait faire l’enseignement de son petit-fils en lui parlant de ce qu’est la vie. – « Il y a un combat qui se déroule en moi», dit-il au garçon. C’est un combat terrible qui se produit entre deux loups. L’un est mauvais, il n’est que colère, envie, tristesse, regret, avidité, arrogance, auto apitoiement, culpabilité, ressentiment, sentiment d’infériorité, mensonges, faux orgueil, sentiment de supériorité et ego. Et puis il y a l’autre loup : il est bon et n’est que joie, paix, amour, espoir, sérénité, humilité, bonté, bienveillance, empathie, générosité, vérité, compassion et foi. Ce combat terrible se passe aussi en toi, et à l’intérieur de chacun. »Le petit-fils réfléchit pendant une minute, puis demanda à son grand-père :- « Mais grand-père, lequel des deux loups va gagner? » Le vieux Cherokee lui répondit simplement :- « Celui que tu nourris».

Tout est équilibre entre le Yin et le Yang, le bien et le mal. Faut-il passer par toutes ces étapes pour trouver l’équilibre idéal dont nous avons besoin ? Tout ce que nous vivons est-il alors un procédé normal et naturel ? L’avenir de l’humanité est dans la faculté à atteindre cet équilibre pour libérer complètement l’amour et la lumière en chacun de nous.Nous pouvons nous sentir coupés du moi supérieur lorsque nous nous sentons bloqués. Il n’est pourtant pas loin, c’est notre peur et nos doutes qui nous empêchent de le ressentir. En fait, c’est juste à nous de décider d’y accéder lorsque nous nous sentons à nouveau prêt à faire face aux difficultés. Nous retrouvons alors la confiance et sommes plus attentifs aux signes qui nous guident consciemment ou inconsciemment. C’est l’homme qui choisit d’y être relié ou au contraire de s’en couper. Nous avons tous des freins à dégripper issus de nos traumas, de nos peurs…. Ce sont ces freins qui nous empêchent d’avancer. Il nous faut apprendre à les dépasser, c’est ça l’évolution.

Dans son but ultime, le moi supérieur est universel et commun à tous les hommes. Il peut se comparer à un programme informatique. Nous pouvons fonctionner sans lui, mais nous restons alors sur un schéma archaïque. Cependant, au fur et à mesure que nous évoluons, il se déclenche des petits déclics en nous qui nous donnent la possibilité d’atteindre ce programme de plus en plus nettement. Ces petits déclics, même si nous n’en avons pas conscience, sont comme des parcelles de ce programme. Ils sont une mémoire éparpillée qui se réveille en nous par moment. Et puis un jour, quand nous sommes prêts, un autre petit déclic provoque le téléchargement du programme en nous. D’un seul coup, nous avons accès à son intégralité. La connaissance sera alors énorme et nous nous étonnerons d’être capables de l’appréhender d’une manière aussi naturelle. Une fois ce programme installé, nous ne pouvons plus fonctionner comme avant, nous prenons un grand recul. Les premiers moments sont toutefois difficiles car nous n’avons pas l’habitude de travailler de cette nouvelle façon. Mais nous nous habituons vite car il nous change la vie. Il nous montre une dimension plus large, plus riche de sens et il nous permet d’anticiper mieux tous les aspects de notre vie. Si nous l’ignorons cependant, il se volatilise très vite et notre mémoire n’en gardera que quelques traces. Mais si nous en prenons soin et continuons à l’utiliser, il va grandir en nous et nous aider à prendre de plus en plus d’ampleur. Le moi supérieur est accessible à tous, il est universel

Auteur : Laetitia Lemoine

Extrait du Livre Chrysalide de Conscience

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu